Entrevaux

Entrevaux

1408 habitants – Altitude : 414 m
castellet-les-sausses_4519_castellet-les-sausses-sous-la-neige
castellet-les-sausses_3521_castelet-les-sausses
Entrevaux est, disons le, la capitale du « Pays », non seulement parce qu’elle est la plus peuplée mais aussi par ce qu’elle est la plus connue du public grâce entre autre au célèbre Vauban sur les recommandations duquel on renforça les fortifications de la cité qui se trouvait être en frontière du royaume de France. De ce passé prestigieux, on peut encore admirer aujourd’hui de nombreuses traces comme la citadelle, les remparts, les ponts-levis…


Population en 2009 1 408
Densité de la population (nombre d’habitants au km²) en 2009 7,6
Superficie (en km²) 186,0
Variation de la population : taux annuel moyen entre 1999 et 2009, en % 2,6
dont variation due au solde naturel : taux annuel moyen entre 1999 et 2009, en % -0,6
dont variation due au solde apparent des entrées sorties : taux annuel moyen entre 1999 et 2009, en % 3,2
Nombre de ménages en 2009 650
Source : Insee, Recensements de la population 2009 et 1999 exploitations principales.
À voir ou visiter 
Intra-Muros (dans la citadelle) :
Jardins médiévaux. Cathédrale gothique.
Clocher crénelé (unique en Provence).
Chateau fort médiéval.
L’ensemble des fortifications de la citadelle.
Extra-Muros : Chapelle St Jean.
Moulin à huile (en fonction).

 

Hébergements
Intra-Muros :
1restaurant, 1 crêperie
1gîte d’étape
Extra-Muros (et à moins de 7 km) :
2 restaurants. 1 hôtel. 1 gîte d’étape
1 Résidence de tourisme
1 camping. Chambres d’hôtes.

 

Loisirs 
Base de loisirs avec rafting, escalade,
VTT, canoe-kayak, canyoning,
deltaplane, vol libre, parapente.
Randonnées pédestres. Equitation.
Tennis. Pêche. Chasse.
Exposition de peinture et poterie.
Musée de la moto
(68 motos de 1901 à 1968).

 

Villages voisins 
St Benoît (11km) – Puget-Théniers (7km) – Annot (15km).

 

Un peu d’histoire
L’étymologie d’Entrevaux provient d' »Inter Valles » (il faut dire qu’en voyant les monts et les gorges qui l’entourent on comprend pourquoi), mais son origine exacte n’est pas réellement connue . Il semble que la cité fut fondée au Xème siècle par des habitants de Glandevez (il reste aujourd’hui un hameau portant ce nom) soucieux de se protéger des Lombards venant des actuelles Alpes Maritimes.
S’étant installés le dos à une immense falaise abrupt, protégés par un coude du Var qui rase à cet endroit ladite falaise, on peut imaginer que les gens fortifièrent petit à petit l’endroit qui leur offrait la sécurité et par conséquent un peu de prospérité. Nous en voulons pour preuve que les guerres civiles du XIVème virent la destruction totale de Glandevez au profit d’Entrevaux.
Naturellement, l’évêché de Glandevez fondé en 451 par Fraternus se déplaça également sur Entrevaux et on construisit (au XVIème) à l’intérieur des remparts une cathédrale remarquable qui a la particularité de posséder un clocher crénelé (défense oblige). Cette cathédrale de style baroque dispose d’un orgue rare dont il ne reste a priori que 3 exemplaires. Autre moment important de la vie de la cité, la fin du XVIIème avec les importants travaux de fortification qui ont touché la ville et la citadelle. Ces travaux ont été réalisés sur le devis du célèbre Vauban comme plusieurs autres cités frontalières du royaume de Sardaigne et de Savoie. on trouve d’ailleurs ces fortifications dans le haut Verdon (Colmars les Alpes) et l’Ubaye pour l’actuel département des Alpes de Haute Provence.

 

Le village de nos jours
De nos jours, la frontière a disparu et la guerre ne se fait plus de la même façon. On comprend donc pourquoi le centre historique d’Entrevaux est vite devenu étroit et pourquoi de ce fait l’expansion voire la migration s’est surtout faite à l’extérieur des remparts, en particulier sur la place qui fait face au fameux pont-levis enjambant le Var, où l’on trouve commerces divers, poste, bars et restaurants. La vieille ville quant à elle n’est pas en reste puisque au détour des ruelles étroites de nombreux commerçants tiennent boutique. Il faut dire que le passage des 40 000 visiteurs montant chaque année à la citadelle n’y est pas pour rien. En dehors de ce commerce de proximité, on peut remarquer qu’il manque quelque peu de boutiques destinées aux touristes. Entrevaux est également équipé d’une gare sur la ligne Nice-Digne. Cette ligne accueillele fameux train des Pignes. Citons également l’existence d’un musée de la moto et d’un moulin à huile. Au chapitre des possibilités d’hébergement, on peut citer l’hôtel Vauban situé en face du pont-levis qui peut accueillir et restaurer l’équivalent des passagers d’un autobus de tourisme.
La municipalité soucieuse de développer la vocation touristique du village a créé un bureau du tourisme. Par ailleurs, Entrevaux dispose également d’une base de loisirs autour du plan d’eau du Brec et de son camping, où il est possible de pratiquer canyoning, rafting et U.L.M. Parmi les spécialités locales, on trouve des jus de fruits fabriqués sur place et la Secca qui est une viande séchée suivant un procédé développé par une entreprise entrevallaise. Enfin, il existe à Entrevaux une zone artisanale disposant encore de terrain pour accueillir des entreprises.

 

Les projets qui seraient bien accueillis par la population
Il semble que la vocation d’Entrevaux soit avant tout touristique pour deux raisons principales. La première réside dans la grande qualité du patrimoine historique et culturel. Ce patrimoine attire déjà chaque année de nombreux visiteurs et véhicule la renommée du « Pays ». Par ailleurs, Entrevaux est dans une gorge étroite, le village est difficilement accessible aux véhicules et par conséquent il semble très difficile d’installer des entreprises que nous qualifierons de modernes. Partant de ce constat, la seule voie ouverte est le développement touristique permettant de faire rester les visiteurs nombreux qui ont tendance actuellement à visiter la citadelle et à repartir.Dans ce cadre, on peut envisager l’installation de toute structure qui aurait pour vocation de créer de l’animation engageant les touristes à rester quelques jours. Parmi celles-ci, citons l’artisanat d’art, les animations historiques (des fêtes médiévales se tiennent chaque deux ans attirant un nombreux public), voire même des commerces utilisant ce créneau historique pour se développer (des tavernes à thème, des artisans du temps passé…).
Pour permettre aux visiteurs de rester, il faut également être en mesure de les héberger, de ce côté il semble que la capacité d’accueil soit un peu faible et toute activité nouvelle allant en ce sens (hôtellerie et gîtes) pourrait être couronnée de succès. Enfin, la dernière activité pouvant réussir serait l’installation d’un négociant en fruits et légumes puisqu’à ce jour, les productions (fruits et légumes) de la vallée sont emmenées directement sur Nice par les exploitants qui n’en ont pas forcément le temps.